Un jour dans la vie d'un mécanicien Castrol Honda WTCC

Les journées sur le circuit sont longues et exigeantes. Les protagonistes prennent le travail avant le lever du soleil et rangent leurs outils bien après le crépuscule. Les mécaniciens de l’équipe Castrol Honda WTCC connaissent une pression énorme, en particulier lors d’événements organisés à l’étranger. Non seulement ils sont responsables de la mise en place du couloir de changement mais également des voitures et du matériel de chargement : un vrai travail à plein temps qui n’est certainement pas banal.
Prenons l’exemple d’une matinée de course à Pékin : le réveil sonne à 5 heures 15 et une heure plus tard toute l’équipe Castrol Honda WTCC est dans le bus, en route pour le circuit. L’estomac vide. « On ne sert pas le petit déjeuner à cette heure-là à l’hôtel, » explique le responsable de l’équipe Dario D’Esposito.  C’est lui qui s’est chargé de faire les courses pour son équipe, rassemblée pour le premier repas de la journée dans le garage. Il est 7 heures 30 lorsqu’ils avalent les premiers expressos de la journée (préparés par les membres de l’équipe eux-mêmes).

Par la suite, les mécaniciens se mettent à travailler sur les deux Honda Civic WTCC ; cinq personnes pour chaque voiture. L’une des équipes est également responsable de la préparation des pneus et des niveaux de fluides et de lubrifiants hautes performances, fournis exclusivement par Castrol. Le mécanicien en chef, Fernandino Pessina, supervise l’opération. Il conduit également un camion, monte le garage et aide même avec le panneauteur sur le mur. « Il faut être passionné par les courses automobiles pour faire ce métier, » explique Pessina, que tout le monde surnomme « Ferdi ». « Tout me plaît dans mon travail. »
Mais les efforts ne s’arrêtent pas au moment de célébrer une bonne course. Pas du tout. Ce n’est que le début. Après la course, tout ce qui a été monté sur le site doit être démonté et emmené le dimanche soir. Lors d’événements organisés à l’étranger, cela signifie charger le conteneur de 12 mètres. « En général, on finit vers 22 heures ou 23 heures. Parfois c’est après minuit, » explique Pessina. « Cela dépend de ce qu’il y a à faire. » Si, par exemple, les voitures sont endommagées, « Ferdi » et son équipe travaillent toute la nuit, et le soleil sera déjà levé au moment où ils éteindront les lumières du garage Castrol Honda WTCC.

À ce moment-là, les pilotes sont en général en train de rentrer chez eux. Cependant, ils ont bien conscience de l’importance du travail de l’équipe Castrol Honda WTCC. « Il semble que le résultat final dépende des pilotes, » explique Gabriele Tarquini. « Cependant, il y a toute une équipe qui nous aide à obtenir ce résultat. » Son coéquipier Tiago Monteiro renchérit : « Les courses automobiles sont un sport d’équipe. Sans d’une équipe solide, on n’obtient aucun résultat sur le circuit. » Le travail d’équipe est la clé de la réussite. « C’est pour cela que nous aimons autant les sports automobiles, » explique D’Esposito.